Acte de Baptême

Acte de Baptême

Tous les dictionnaires font naître Louis Silvestre le jeune à Paris, le 23 juin 1675. Or, si cette date est bien celle de son baptême, rien ne prouve qu'elle soit réellement celle de sa naissance. A cet égard, nous souscrivons en partie à l'hypothèse proposée par M. Victor Advielle, qui publia jadis l'acte de baptême de l'artiste, acte que nous avons collationné à notre tour sur les registres d'état civil de Sceaux. Il est possible, en effet, que Louis Silvestre le jeune soit né, comme ses frères et sœur, aux galeries du Louvre et que quelques jours seulement après sa naissance il ait été porté à Sceaux, où auraient momentanément résidé (chez Colbert ?) les jeunes personnaiges qui daignèrent le tenir sur les fonds baptismaux. Le fait qu'un autre enfant de Paris ait été baptisé le même jour que lui, et eut également pour parrain et marraine le duc de Vermandois et Mlle de Blois, peut confirmer cette première conjecture. Pourtant, nous ignorons pourquoi, alors que l'on prit la peine d'indiquer que cet autre enfant, - âgé, il est vrai, de quinze mois, - avait été préalablement ondoyé, cette précision fut négligée en ce qui concerne Louis Silvestre. On peut alors proposer une seconde solution et supposer qu'Israël Silvestre, à l'exemple d'autres artistes, avait loué ou possédait une maison à Sceaux, - comme il en possédera une à Chaillot, - et qu'il y séjournait durant les mois chauds de l'année. Dans ce cas, le fils et la fille de Louis XIV et de Mlle de La Vallière se seraient dérangés spécialement pour la cérémonie. L'estime en laquelle le roi tenait Israël Silvestre ne rend pas impossible cette dernière présomption.

Le dimanche vingt-troisième juin mil six cent soixante-quinze, a été baptisé par moi curé, Louis Sylvestre, fils du mariage de Monsieur Israël Sylvestre, dessinateur ordinaire du Roi et de Monseigneur le Dauphin, et d'Henriette Selincart, ses père et mère, de la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois. Le parrain a été Monseigneur Louis de Vermandois, grand amiral de France, qui a imposé le nom, et la marraine a été Mademoiselle Marie-Anne de Blois, sa sœur (de mondit seigneur de Vermandois).

Louis de Vermandois,

        Marie-Anne de Blois,

    Manier, curé.

 


© Site conçu et réalisé par Fabien de Silvestre