Lettre de Louis de Silvestre à son neveu Nicolas Charles - Louis de Silvestre - Nicolas Charles de Silvestre

Lettre de Louis de Silvestre à son neve...


Lettre de Louis de Silvestre à son neveu Nicolas Charles - Louis de Silvestre - Nicolas Charles de Silvestre
Cliquez sur l'image pour voir la page originale


Lettre de Louis de Silvestre à son neveu Nicolas Charles - Louis de Silvestre - Nicolas Charles de Silvestre
Cliquez sur l'image pour voir la page originale


Lettre de Louis de Silvestre à son neveu Nicolas Charles - Louis de Silvestre - Nicolas Charles de Silvestre
Cliquez sur l'image pour voir la page originale


Lettre de Louis de Silvestre à son neveu Nicolas Charles - Louis de Silvestre - Nicolas Charles de Silvestre
4 mars 1742
Source : Archives familiales


Depuis vingt six ans mon cher neveu que j'ay
quitté ma patrie pour venir au service de sa
Majesté le Roy de Pologne, Electeur de Saxe
j'ay employé tous mes soins pour mériter
les bonnes graces, tant du feu Roy que du
Roy regnant, et les bontés qu'ils ont eu
pour moy, pendant ce grand espace de temps
me sont des témoins que j'ay passablement
réussy. La dernière que m'a fait le digne
Maitre que je sers, a été de me donner
des lettres de noblesse sans que j'aye fait
la moindre démarche pour les obtenir
Il a fait plus, il m'a permis que cette grace
s"étende sur quelqu'un des miens. Ton
mérite mon cher neveu, et la véritable
amitié que je te porte, m'ont d'abord
fait penser à toy, pour te faire partager
avec moi la grace du Maitre, ce qui a été
exécuté d'abord, comme ton cousin te
l'aura pu faire voir dans une copie de
mes Lettres que je luy ai envoyèes. Il s'agit

maintenant qu'on te permette en France de
l'honneur que t'a fait un Prince étranger
Je ne doute point que tu n'ay assez d'amis
pour obtenir cette grace, alors, je feray
faire une copie des lettres et y feray donner
toute la force qu'il sera besoin pour
qu'elles te puissent etre de la meme utilité
que me sont les miennes. Je n'ay pu obtenir
qu'elles fussent en latin ou en français, ce
n'est pas la manière, mais la copie
sera dans l'une ou l'autre langue. Nous
avons du temps pour faire le tout à notre
aise, en attendant tu es bien anobli et
en tres bonne et digne forme, et je t'en
félicite de tout mon coeur
Voilà mon cher neveu une mauvaise copie
de nos armes que je t'envoye, tu la donneras
à mon fils pour qu'il en fasse faire deux
cachets, un pour luy, l'autre pour moy, qu'il
m'envoyra par la première occasion, il n'en
manque pas à présent, tu en feras faire
aussy un pour toy. Tu remarqueras que
j'ay conservé les armes de nos pères et que
j'ay laissé ajouter les honneurs que

l'on a voulu, car je n'ay rien demandé, tot
est parti de la bonté du Maitre.
Mon fils me néglige terriblement, je n'ay point
de ses lettres directement, depuis celle du 28 décbre
et depuis le temps, il n'en a écrit qu'une à
sa soeur, remez le un peu sur la bonne voye
Si nous n'en recevons pas aujourd'huy, la chère
mère sera bien fâchée.
Porte toy bien mon cher neveu, la santé est
tout ce que je te puis souhaiter de meilleur.
Je ne ferai pas grand cas des honneurs
cy dessus, n'étoit d'ou il partissent et la
manière dont ils m'ont été faits. Je t'embrasse
de tout mon coeur, ta chère femme et tes
chers enfants. Ma femme et les miens
en font autant. Je suis avec la plus parfaite
amitié mon cher neveu
ton très humble et très
obeissant serviteur et
oncle    Louis de Silvestre
à Dresde le 4me
Mars 1742
embrasse pour moy ma chère soeur de Logny
ta tante, et sa chère famille. Je suis bien
fâché de ne pas prendre cette peinne aimable
moy même.
Mille amitiés à Monsieur Massé.

 


© Site conçu et réalisé par Fabien de Silvestre