Logo

Lettre du comte de Wackerbarth à Marie-Maximilienne de Silvestre. - 8 avril 1753

comte de Wackerbarth - Marie-Maximilienne de Silvestre


Lettre du comte de Wackerbarth à Marie-Maximilienne de Silvestre.
8 avril 1753
Source : Edouard de SILVESTRE - Renseignements sur quels peintres et graveurs des XVIIème et XVIIIème siècles Israël Silvestre et ses descendants Edouard de Silvestre - 1869


Transcription

Ce 8 avril 1753.

MADEMOISELLE,

Je vous suis doublement redevable de la lettre obligeante dont vous m'avez honoré à la date du 2l mars, et de celle que vous m'avez fait tenir de la part de Mme la duchesse de Brancas. Je veux bien du mal aux bureaux des Postes, dont l'irrégularité m'a fait perdre le plaisir que j'aurais goûté, si ces dernières lettres m'étaient parvenues. Mais je n'en ai pas reçu depuis la dernière que je me suis donné l'honneur de lui adresser, en date du 24 août dernier, en lui envoyant quelques compositions de Mme la Princesse Électorale. Pour que ces sortes d’égarements n'arrivent plus à l'avenir, permettez-moi, mademoiselle, de me prévaloir de votre intermédiaire ; et que je commence, dès aujourd'hui, à vous adresser la réponse ci-jointe pour cette digne et respectable dame.

Je suis ravi d'apprendre que Mme la Dauphine avance si heureusement dans sa grossesse, et je me flatte que, vers la fin d'avril prochain, vous serez en état de nous annoncer la naissance d'un duc d'Anjou.

J'ai été ravi de joie au touchant récit que vous me faites, dans votre lettre, de ta promenade de Mgrr le Dauphin et de Mme la Dauphine, menant entre eux le duc de Bourgogne. Que ne me suis-je trouvé en un coin pour voir, pour admirer, pour n’édifier d'une si tendre union, et pour mêler mes acclamations à celles que tout Versailles et toute la France sont entraînés a donner a ces augustes personnes qui ne peuvent que faire, un jour, la félicité et les délices de leur royaume. Je les ai toujours présents à mon esprit, et ce n'est jamais sans prier le Seigneur pour leur conservation et pour leur constante prospérité. Si vous trouvez un moment favorable pour leur faire agréer ces sentiments de mon zèle et de ma profonde soumission, je vous supplie, mademoiselle, de ne pas le perdre de vue.

La description ravissante que vous m'avez faite de la promenade ci-dessus exige que je vous rende la pareille, en vous faisant le récit détaillé d'un dîner de famille que MÆY le Prince Royal donna, le mois passé, a Sa Majesté la Reine. Le Roi étant absent, et Mer le Prince Royal ayant coutume de dîner seul, les jours maigres, avec Mme la Princesse, son épouse ; Sa Majesté la Reine les surprit, et leur dit qu'elle voulait être de la partie. Elle avait avec elle ses trois filles, les princesses ; et Mgr le Prince Électoral fut obligé d'y faire venir aussi le petit prince Frédéric Auguste. Jamais la Reine n'a été de meilleure humeur ; faisant éclater, tour à tour, sa dignité, sa bonté et sa tendresse, d'une manière qui enchantait les spectateurs.

On m'a écrit de Turin que M. le marquis des Issarts en était parti pour retourner en France, à cause de sa mauvaise santé ; j'en suis très-mortifié. Je me réjouis avec vous de ce que M. votre père se porte si bien ; je vous prie de lui faire, de ma part, mille compliments et amitiés. Ma nièce, la Ctesse de Salmour, a été très sensible à votre souvenir et à tout l'intérêt que vous prenez à sa santé. Elle se porte aussi bien que l'état de sa grossesse peut le permettre, et elle me charge de mille expressions obligeantes pour vous. Vous apprendrez de Mme la duchesse de Brancas le peu de nouvelles que je lui mande de notre cour ; de sorte que je me dispense de vous les répéter en particulier, me bornant à vous réitérer les assurances de considération et d'estime avec lesquelles j'ai l'honneur d'être,

Mademoiselle"...

P. S. Leurs Altesses Royales s'étaient proposé d'aller, avant hier, à la galerie des tableaux, pour y voir celui que Mr votre père a fait en dernier lieu ; mais les pluies continuelles que nous avons depuis trois jours les ont privées de cette satisfaction.

 

Logo Fabien de silvestre © 2020 - Site humaniste et philanthropique conçu et réalisé par Fabien de Silvestre