Logo

Les logements de la famille d'Israël Silvestre


Rue de l'Arbre Sec, proche la croix au tiroir

Israël Henriet, Israël Silvestre

On retrouve la mention "au logis de Monsieur le Mercier Orfevre de la Reine, proche la croix du Tiroir" sur les gravures publiées par Israeël Henriet.

C'est là qu'Israël Silvestre fit ses armes, et ce devint son atelier lorsqu'il hérita de son oncle. Il y avait aussi son habitation, ou naquirent ses deux premières filles Charlotte Marguerite, morte en bas âge et Henriette Suzanne, future épouse de Nicolas Petit, sieur de Logny.

La croix au tiroir fait référence à l'actuelle fontaine de la croix du Trahoir, située à l'angle de la rue de l'Arbre Sec et de la rue Saint-Honoré. On peut donc supposer que l'atelier et le logement se trouvaient au niveau du n°51.

La Fontaine de la Croix du Trahoir

La Fontaine de la Croix du Trahoir


Rue du Mail

Israël Silvestre, Louis Silvestre "l'aîné".

Israël Silvestre acheta en 1666 une maison rue du Mail où naquirent Charles-François et Marguerite, et qui passa par héritage à son fils Louis Silvestre dit l'aîné. Ce dernier y mourut en 1740.

Paris en 1657Plan de Janssonius (publié en 1657 et dessiné entre 1638 et 1652).La rue du Mail a été cerclée en rouge. On peut aussi voir la rue des Orties au Louvre. Attention le nord est plutôt en bas !

Paris en 1657

Plan de Janssonius (publié en 1657 et dessiné entre 1638 et 1652).

La rue du Mail a été cerclée en rouge. On peut aussi voir la rue des Orties au Louvre. Attention le nord est plutôt en bas !


Rue des Orties - Galeries du Louvre

Il s'agit de la rue des Orties du Louvre qui desservait les logements qu'occupèrent Israël Silvestre et ses descendants aux galeries du Louvre jusqu'en 1792.

20 décembre 1668
Brevet accordant à Israel Silvestre l'appartement précédemment occupé par l'orfèvre Bainbra.
10 mai 1675
Brevet accordant à Israel Silvestre, dessinateur et graveur en eau-forte, l'appartement occupé par le sieur Valdor.
15 décembre 1691
Le logement ci-devant occupé par Berrain est accordé à François Silvestre, fils aîné d'Israël, dessinateur.
11 mars 1738
Brevet de logement aux galeries du Louvre pour le sieur Silvestre (Nicolas-Charles), maître à dessiner du roi, en place de feu François Silvestre, son père.
5 juillet 1755
Brevet de logement aux galeries du Louvre pour le sieur Silvestre (Louis "le jeune"), directeur de l'Académie de peinture et premier peintre du roi de Pologne, en place du sieur Oudry, décédé.
14 octobre 1776
Brevet de logement aux galeries du Louvre pour Jacques-Augustin Silvestre, chevalier de l'ordre de Saint-Michel, maître à dessiner de la famille royale, à la place de feu Silvestre, son père.
La rue des Orties en 1739plan de Bretez 1739

La rue des Orties en 1739

plan de Bretez 1739

Les Galeries du Louvre.Par Israël SilvestreLa rue des orties est à l'intérieur du Louvre, de l'autre côté du bâtiment.

Les Galeries du Louvre.

Par Israël Silvestre

La rue des orties est à l'intérieur du Louvre, de l'autre côté du bâtiment.


Chaillot, rue des Batailles (disparue)

Israël Silvestre y avait une maison, des terrasses de laquelle il a donné une vue panoramique de Paris

La maison avait été acquise en 1671 en empruntant 500 livres à Charles Le Brun et comprenait un petit pavillon de deux chambres l'une sur l'autre.

Aujourd'hui disparue cette rue était au niveau de l'actuelle avenue d'Iéna entre le N°1 et la place d'Iéna.

Rue des bataillesOn devine les tracés des avenues d'Iéna et du Président Wilson

Rue des batailles

On devine les tracés des avenues d'Iéna et du Président Wilson

Rue des bataillesRelevé cadastral 1810- Ilot 30Compte tenu de l'orientation, je pense que la maison d'Israël Silvestre figure sur ce plan.

Rue des batailles

Relevé cadastral 1810- Ilot 30

Compte tenu de l'orientation, je pense que la maison d'Israël Silvestre figure sur ce plan.

Rue des bataillesRelevé cadastral 1810- Ilot 31

Rue des batailles

Relevé cadastral 1810- Ilot 31


Valenton

Nicolas-Charles est décédé le 30 avril 1767 et inhumé le 1er mai à Valenton (Voir Inhumation de Nicolas Charles de Silvestre).

Dans son Abécédario, Mariette écrit : "Silvestre est mort le 30 avril 1767 au village de.Valenton, dans la maison d'une demoiselle de ses amies, où, suivant sa coutume, il avoit fait de grandes dépenses."

ValentonCarte de Cassini, donc à peu-près contemporaine de Nicolas-Charles de Silvestre.

Valenton

Carte de Cassini, donc à peu-près contemporaine de Nicolas-Charles de Silvestre.


L'Orme - Courtacon (77)

Courtacon est juste à côté de Jouy le Châtel. Jacques Augustin n'y fit sans doute qu'un court passage lorsqu'il perdit son logement aux galeries de Louvre en 1792, avant d'être logé à l'hôtel de La Rochefoucault où il mourut le 10 juillet 1809.

On trouve trace de cette résidence dans plusieurs documents de 1794 et 1795 :

L'Orme - Courtacon (77)

L'Orme - Courtacon (77)


12 rue de Seine - Hôtel la Rochefoucault

Jacques Augustin de Silvestre y avait un appartement après la Révolution, et avoir perdu son logement aux galeries du Louvre. Il y mourut le 10 juillet 1809.

On trouve mention de cette adresse pour Augustin François de Silvestre en 1813, dans la table alphabétique des hypothèques de Provins (page 119).

Il s'agit de l'ancien hôtel de La Rochefoucauld-Liancourt qui occupait les N° 14 à 18 de la rue de Seine, Précédemment hôtel de Bouillon et plus anciennement hôtel Dauphin.

Cet hôtel particulier, datant de la première moitié du XVIIe siècle et détruit en 1825 pour faire place à la rue des Beaux-Arts, avait d'abord appartenu à Louis de Bourbon, premier duc de Montpensier (1538) et dauphin d'Auvergne (1543), puis à ses descendants qui le vendirent au maréchal de France Henri de la Tour, duc de Bouillon (1555-1623). Il passa ensuite à Roger du Plessis-Liancourt, duc de La Roche-Guyon, dont la petite-fille, Jeanne-Charlotte du Plessis-Liancourt (1644-1669) l'apporta, en 1659, en dot à son époux François VII de La Rochefoucauld (1634-1714). En juin 1767, la dépouille de la Bête du Gévaudan aurait été enfouie dans la cour de l'hôtel. Vendu en 1793 par ses descendants, puis détourné de sa fonction initiale, divisé et mis en location, l'hôtel de La Rochefoucauld conserva son jardin dessiné, selon une tradition orale, par Hubert Robert et qui passa, en 1811, pour être l'un des plus beaux et des plus pittoresques de Paris

.
L'hôtel de La Rochefoucault-LiancourtGravure de Mérian

L'hôtel de La Rochefoucault-Liancourt

Gravure de Mérian


Le Corbier - Jouy le Châtel (77)

Acquis par Augustin-François de Silvestre qui s'y retira lorsque la famille n'eut plus accès aux logements du Louvre après les tumultes de la révolution etc ..., Vendu par Franz de Silvestre à Jacques Lebaudy auto-proclamé « Empereur du Sahara » et surtout industriel du sucre associé à Alfred Sommier (qui était aussi propriétaire de Vaux le Vicomte). Il ne subsiste aujourd'hui que la ferme.

Le domaine a depuis été coupé par la Nationale 304 en 1933 (devenue N4 en 1949).

Le Corbier fut érigé en majorat par Charles X

Extrait du Bulletin des lois de la République Française, Volume 4 - 1826

Lettres patentes portant élection de Majorats.

Par lettres patentes signées CHARLES, et plus bas, Par le Roi, Cte de PEYRRONNET, scellées en présence du conseiller d'état commissaire du Roi au sceau, et de la commission du sceau, le 9 mars 1826.

Sa Majesté a érigé en majorat en faveur de M. Augustin-François Silvestre, écuyer, membre de l'Institut royal de France, &c., biblothécaire particulier du Roi, le domaine du Corbier avec ses dépendances, situé de Jouy-le-Châtel, district de Provins, département de Seine-et-Marne, appartenant audit sieur Silvestre, et composé de maison de maître, corps de ferme, écuries, remises, habitation de fermier, vacherie, bergerie, colombier, granges, jardin enclos, pièce d'eau, &c.; de cent dix-sept hectares environ de terres labourables, en deux cent quarante-une portions; de huit hectares quatre-vingt-quatre ares environ de prés, en quarante-trois parties; ces terres et prés situés lieux dits la Planche de Blois, grande Vallée, Croupton, Bas du Moulin à moche, Courte-Anguille, Fourneaux, Travers du ruisseau de Courrois, Royage de Chiffroy, Fontenottes, Epine-aube, Cas rouge, Bois à loup, Pece de Monconsord, petit Moulin, petit champ de Trévois, Mares Grelat, Marnottes, Entrée de Bottin, Bottin, Mare au Prêtre, Prés hauts, Brulis, Prés du Cheminot, les Vignes, champ Charron, Soussi, Bas de la Couture, Montant de la Hache, Tournaille du bas de la Hache, Fossepere, le Lut, la Sauvois, Queue Jubert, Dimeresse d'Amilly, champ Guignard, Entre les deux Rues, Sauvageon, petit Marc du Gabot, Gabot, le Moulin, entrée du Moulin, Bois d'aune, la Sente du Parquet, Mare aux Grues, Monconsord, Noyer vert, ruisseau Bouilly, la Couture, le Praillon, Prés d'Ouzelles, les Bouleaux, Corsant, Bizieau, petit Bottin, le grand Moulin, la Pigeonnière, Mare du Lignot, grande Tournaille du Moulin, Royage du Noyer vert, la Noue de Croupton, le Bas de la Noue, la Noue près le Gouffre, au-dessous de la fontaine Mare aux Grues, Bas du Gouffre, grande Vallée de la Noue, Pièce-Bleu, Enclos-Roulé, Vizande près le pont du Corbier, Vizande, Courois, Cheminot, Prés Cailliot, Pré des Rues, Prés Curé et la Masure; de seize hectares trois ares conquante-huit centi-ares de bois en sept portions, lieus dits les Vignes, le Chemin de Balaine, la Guillotte, Corsant, et la Hoyotte; et de douze pièces de terres en réserve, plantées en quinconce, ou préparées pour planter en bois, ensemble de six hectares trente-deux ares soixante-huit centiares, au Lut, aux Prés hauts, à Corsant, aux prés d'Ouzelle, à la Queue Jubert, aux Prés des Rues, au petit Moulin, à la Mare aux Grues, et au petit bois du Corbier; tous ces biens sis aux territoires de Jouy, Vaudoy, Dagnis et Amilly, et produisant cinq mille francs de revenu net : auquel majorat a été attaché le titre de Baron.

Pour extrait conforme aux registres et pièces :
Le Secrétaire général du Sceau de France
Signé : Cuvillier.

Tracé de la N304Le tracé de la N304 décidé en 1933 coupera le domaine du Corbier; Elle sera absorbée par la N4 en 1949.

Tracé de la N304

Le tracé de la N304 décidé en 1933 coupera le domaine du Corbier; Elle sera absorbée par la N4 en 1949.

Les vitraux de l'église de Jouy

Silvestre fit dont de 2 vitraux à l'église St Aubin de Jouy-le-Châtel, probablement vers 1874, ce qui correspond aussi à l'année figurant sur le socle de la croix du Corbier.

Les vitraux ont été réalisés par l'atelier Gsell-Laurent, qui avait réalisé des vitraux pour les église Saint Maclou des Andrésy et de Conflans-Sainte-Honorine, pour la cathédrale Saint-Pierre de Lisieux et fut aussi chargé de la restauration des vitraux de la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie entre 1890 et 1892.

Projet de vitrail pour le baron de Silvestre : ornements gothiquesGsell-Laurent, peintre-verrier
Aquarelle, Crayon - Hauteur : 24 cm, Largeur : 8.2 cm Source : Musée Carnavalet

Projet de vitrail pour le baron de Silvestre : ornements gothiques

Gsell-Laurent, peintre-verrier
Aquarelle, Crayon - Hauteur : 24 cm, Largeur : 8.2 cm

Source : Musée Carnavalet

VitrailÉglise de Jouy-leChâtelDon du Baron de SilvestreOn remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

Vitrail

Église de Jouy-leChâtel
Don du Baron de Silvestre


On remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

VitrailÉglise de Jouy-leChâtelDon du Baron de SilvestreOn remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

Vitrail

Église de Jouy-leChâtel
Don du Baron de Silvestre


On remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

VitrauxÉglise de Jouy-leChâtelDon du Baron de SilvestreOn remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

Vitraux

Église de Jouy-leChâtel
Don du Baron de Silvestre


On remarquera les armes de la famille en bas à gauche et les initiales en bas à droite.

La croix du Corbier

Nous ne connaissons pas quel événement est à l'origine de cette croix dont le socle porte 1874, année qui ne se réfère à aucun événement qui nous soit connu. Nous l'avons retrouvée en piteux état, en bordure de N4, côté nord. La municipalité nous a aimablement permis de la récupérer. Elle a été restaurée et installée dans la maison familiale.

La croix du Corbier

La croix du Corbier


13 rue de Taranne - Paris

La rue Taranne est une ancienne rue de Paris intégrée au boulevard Saint-Germain lors de son percement dans les années 1870. Elle reliait la rue Saint Benoît à la rue des Saints-Pères.

La rue Taranne vers 1866Photographie de Charles Marville.

La rue Taranne vers 1866

Photographie de Charles Marville.


33 rue de Verneuil, Paris

La rue de Verneuil est bien connue car une autre célébrité y vécut au n°5bis.

33 rue de Verneuil

33 rue de Verneuil


71 rue de Lille, Paris

On trouve trace de cette adresse en 1843 danns l'inventaire après décès de Madame la Baronne de Silvestre (Constance Garre).

71 rue de Lille

71 rue de Lille


La Pommeraye (Morgny - La Pommeraye, 76)

Reçu par son mariage avec Suzanne Delpech de Saint Guilhem qui est décédée le 24 juin 1884 à l'âge de 28 ans..

La Pommeraye

La Pommeraye


Chateau de Valinches - (Marols - Loire)

Reçu par son mariage avec Madeleine d'Assier de Valenches. Franz y mourut le 12 août 1905.

Marols Chateau de Valinches

Marols Chateau de Valinches


Autres adresses

Versailles, paroisse Notre-Dame : Israël Silvestre; Jacques-Augustin, Nicolas Charles y est né.


Carte des logements de la famille Silvestre

Voir en plein écran

 

Logo Fabien de silvestre © 2020 - Site humaniste et philanthropique conçu et réalisé par Fabien de Silvestre