Logo

Logement de Jacques-Augustin de Silvestre, Augustin-François de Silvestre : Paris, rue de Seine

Jacques Augustin de Silvestre y avait un appartement après la Révolution, et avoir perdu son logement aux galeries du Louvre. Il y mourut le 10 juillet 1809.

On trouve mention de cette adresse pour Augustin François de Silvestre en 1813, dans la table alphabétique des hypothèques de Provins (page 119).

Il s'agit de l'ancien hôtel de La Rochefoucauld-Liancourt qui occupait les N° 14 à 18 de la rue de Seine, Précédemment hôtel de Bouillon et plus anciennement hôtel Dauphin.

Cet hôtel particulier, datant de la première moitié du XVIIe siècle et détruit en 1825 pour faire place à la rue des Beaux-Arts, avait d'abord appartenu à Louis de Bourbon, premier duc de Montpensier (1538) et dauphin d'Auvergne (1543), puis à ses descendants qui le vendirent au maréchal de France Henri de la Tour, duc de Bouillon (1555-1623). Il passa ensuite à Roger du Plessis-Liancourt, duc de La Roche-Guyon, dont la petite-fille, Jeanne-Charlotte du Plessis-Liancourt (1644-1669) l'apporta, en 1659, en dot à son époux François VII de La Rochefoucauld (1634-1714). En juin 1767, la dépouille de la Bête du Gévaudan aurait été enfouie dans la cour de l'hôtel. Vendu en 1793 par ses descendants, puis détourné de sa fonction initiale, divisé et mis en location, l'hôtel de La Rochefoucauld conserva son jardin dessiné, selon une tradition orale, par Hubert Robert et qui passa, en 1811, pour être l'un des plus beaux et des plus pittoresques de Paris

.
L'hôtel de La Rochefoucault-LiancourtGravure de Mérian

L'hôtel de La Rochefoucault-Liancourt

Gravure de Mérian

 

Fabien de Silvestre
Site sympathique conçu et réalisé par Fabien de Silvestre
© 2021



Logo Creative commons Logo Creative commons Attribution Logo Creative commons partage dans les mêmes condition Logo Creative commons pas d'utilisation commerciale
Sauf spécification contraire le site est sous licence Creative Commons 4.0 International (CC BY-NC-SA).